Textes

LIMINAIRE

 

« Il y a tant de manières de se montrer indiscrètes, de se montrer discret :

par peur de l’opinion publique, par soumission servile aux règles de la

bienséance, par prudence, par ruse et calcul. »

Pierre Zaoui

 

« Cela disparaît cela s’en va. Oui.

Mais à l’instant où tout s’en va, on peut dire aussi que tout est là . »

John Cage

 

-En ce qui concerne les sculptures, les installations, « donner à voir »,

la généreuse proposition d’Eluard est dorénavant placée sous le signe de

l’hyperréalisme et de la réalité augmentée. Je suis sur un autre chemin qui décline

volontairement l’offre du « faire voir » habituelle, et choisis de priver le spectateur de

l’usage de son sens, ne lui en autorisant pas le plein emploi, une saisie visuelle 

impossible de l’objet.

 

-Et puis il y a le dessin, dessin d’abord, le dessin préparatoire à la réalisation du volume ;

mais aussi dessin  pour lui même, pour sa sensualité propre, pour l’orange des fleurs de capucines

avec la graphite noire, le dessin qui se suffit simplement. Avant ou après, je ne sais pas, cela dépend

des périodes, l’urgence de traiter ces dessins en volumes ou réciproquement. Un étrange dialogue entre,

dessin et volume, graphite, pastel, dessin, objet idée, et puis l’acte ultime, ce pourquoi tout ça: la construction.

Et puis…, l’effacement, l’ablation, l’obstruction, l’enfouissement, l’isolement, (cf. Maurice Fréchuret),

paradoxe du geste artistique où l’image du réel se brouille jusqu’à sa disparition.

 

 

 

HOMMAGE A HORTENSE ( 1% ARTISTIQUE ) collaboration Jean-marc Bourry, maître d’oeuvre: R. Carta architecte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un travail de recherche autour de Cézanne et de la Sainte-Victoire.

Le mur en béton brut, avec ses bavures de démoulage, juste ciré en terre d’ombre

afin de lui donner un aspect vieux cuir, par lasures successives, comme des glacis sur une toile.

Un dessin de Cézanne qui représente parfaitement un profil de la Sainte-Victoire depuis

Fuveau*, existait. Recopier le profil de ce dessin, le découper dans des plaques

de marbre de Carrare de 1m70 sur 75 cm de large. Ayant réalisé 18 plaques,

toutes identiques, les sceller dans le mur.

 

Répétition du même motif.

En saillie (ancrées à environ 20 cm de la paroi avec des entretoises).

Les plaques de marbres révèlent la découpe de la Sainte-Victoire qui apparaît ainsi en négatif,

une lumière dans les plaques de marbre.

Derrière, presqu’ en coulisse, entre les plaques de marbre claires, finement veinées et le mur sombre oxydé,

un texte de Zola, en lettres de bronze se fond dans les glacis.

Une lettre de Zola à Cézanne  qui nous parle de la mine et qui deviendra le titre de l’oeuvre: hommage à Hortense.

Lire entre les plaques et dans les vides des plaques.

Le texte de Zola se devine derriere les plaques, hors circuit de la préhension du regard il disparaît

dans l‘effacement pour se révéler dans le sens.

 

*Le village provençal de Fuveau est un ancien site minier, face à la montagne Sainte-Victoire.

 

 

 

LA NUIT DES TEMPS ( 1% ARTISTIQUE )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arc en tôle d’acier de 8m de long, 2m70 de haut et 20cm d’épaisseur.

Sur cette tôle sont fixés 4 volumes miroirs en inox poli. Ces miroirs sont orientés chacun différemment

pour viser une mire placée à 10 mètres de l’arc en tôle .

Sur cette mire un texte est inscrit, de manière inversé, à la peinture noire sur fond blanc:

« Et je lis sur tous les murs » .

Les miroirs reflètent ce texte, mais nous ne pouvons le voir qu’en étant situés exactement

à la place de la mire. Quand nous prenons cette place, c’est notre reflet qui prend forme sur les miroirs

et non le texte ; l’action de « lire »est remplacée par notre silhouette inversée.

La sculpture telle que conçue n’est donc jamais visible, seulement imaginable.

 

« C’est une sculpture qui doit être regardée d’un endroit précis.

On ne peut la voir mais on peut en avoir l’intuition.

Impossibilité de voir ce qui nous est présenté.

Sur l’espace, c’est juste .

 

« Je vois, je ne vois pas » .

Montrer que l’on pourrait voir.

Il faudrait déplacer notre regard, notre corps pour voir : on ne verrait jamais bien,

complètement d’un seul axe.

Le déplacement transformerait l’objet et par là même serait forme – Duchamp n’est pas loin.

 

 

 

OMBRE PORTÉE SUR LE CIEL  ( ACTION )

 

 

D’Est en Ouest, au Sud de la France, en arrivant de Fos et allant vers Marseille,

on traverse un pont immense qui enjambe la ville de Martigues.

Certaines nuits, quand la lune est claire, après un fort mistral, se forme l’ombre du pont

projetée sur le ciel; l’étrange impression, lorsqu’on circule sur la route, d’entrer dans un tunnel

est due à la déclivité de la route et à la découpe du sombre de la nuit mise en perspective dans le ciel.

Accentuer ce jeu entre la lumière lunaire et la lumière de la ville, pour réellement donner

l’impression à l’automobiliste qu’il pénètre dans un étrange espace en sifflet, entre le pont

et son ombre portée sur le ciel.

Puis tout s’évanouit, on est emporté.

 

Nous avons réalisé cela clandestinement, en braquant des projecteurs de secours extrêmement puissants

depuis le sol dans la direction du pont. La lumière des projecteurs lèche les deux tabliers du pont

pour se prolonger dans le ciel, laissant dans l’obscurité la découpe du pont.

Action réalisée avec l’aide et la complicité de techniciens d’EDF, de l’aéroport de Marignanne

et de la ville de Martigues.

Durée : 4 minutes 30 secondes, au mois de Février 1994

 

 

 

LA SCULPTURE D’UNE VAGUE NOYÉE AU CENTRE DE LA MÉDITERRANÉE ( EN COURS )

 

 

L’enfouissement:

Je travaille à la réalisation de la sculpture d’une vague, propre à la Méditerranée, depuis plusieurs années.

Une vague courte,  tendue, croisée,  cristalline.

Chaque vague est différente, par de multiples facteurs: le vent, la lune, la température, la profondeur d’eau, la salinité,

l’éloignement de la côte, le courant, les organismes vivants, etc….

Une vague de mer du Groenland sera lourde, épaisse, comme chargée de terre, de silence; une vague des Caraïbes portera

la force de milliers de kilomètres, longue, terriblement puissante.

Des centaines de dessins, de photos, des collaborations avec des chercheurs, pour réaliser au plus près cette pièce sont

nécéssaires.

Le déni de l’objet ramène à l’objet; alors du temps pour construire la représentation d’une parcelle de ce qui continue

pour nous à faire objet: la Méditerranée.

La notion d’unité de la Méditerranée n’est pas connue pour légitimer une stratégie territoriale, à l’inverse plutôt,

le projet politique n’est pas issu du discours savant.Le seul examen des chronologies suffit à infirmer ces hypothèses

simples. Les chercheurs mettent  plutôt en évidence « la Dynamique d’une construction réciproque où chacun d’eux

sont tour à tour appui et révélateur de l’autre. (cf.Barget)

Il faudrait se défaire de l’hydre braudélienne, la Méditerranée est un mythe(cf.Kayser),mais il ne s’agit pas d’une fiction

car des peuples entiers y meurent , s’y noient par dizaines de milliers.

Alors pourquoi vouloir poser  la sculpture d’une vague, noyée sur le fond de la mer, au  centre de la Méditerranée?

Chercher ses centres  géographique et  barycentre , c’est interroger plusieurs axes :  politique et géographique, physique,

artistique.

Poser un centre ce n’est pas se mettre à table, quels que soient les termes de négociations ou d’autres, c’est mettre le couvert.

Poser un centre de la Méditerranée, c’est fouiller la question politique, c’est parler du pourtour de la Méditerranée synonyme

de conflits, c’est entendre une mer porteuse de migrations mortelles, de Gibraltar à Marmara.

« Elle est belle la mer. Elle lie les villes par un réseau de relation d’amour et de guerre et d’amour. Bleue bien sûr car tout est bleu. »

(Richard Bacquier)

 

 

 

CARRE DE MER CALME ANCRE SUR LE PITON DU GRAND MÉTÉORE, OCÉAN ATLANTIQUE ( EN COURS )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le piton du grand météore est un volcan sous-marin situé à une profondeur de seulement 360 mètres,

coordonnée 26°28′ N, 23°12′ W à l’ouest de la corne d’Afrique.

Réaliser un carré de mer calme de 100 m x 100 m, dans la mer agitée : éxécuté au moyen de barrages flottants antipollution,

il sera arrimé au fond à partir de  ses sommets, et trianguler à mi hauteur.

A l’intérieur de ce carré, on déverse de l’huile biodégradable qui arrête complètementles vagues dans la tempête.

Nous étudions également d’autres dispositifs pour créer cette surface plane par émissions d’ondes.

Cette installation ne sera visible que par avion et satellite. Il sera réalisé une campagne photographique.

Il s’agit toujours de réaliser un plan horizontal dans le mouvement; échapper encore

à l’injonction du voir, l’ablation du regard direct.

 

 

 

PLACE DES PISTOLES -VIEILLE CHARITÉ – PUGET- MARSEILLE (AMENAGEMENT URBAIN ) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est souvent délicat de créer une place dans une ville sur un site anciennement bâti,

(le vilain mot d’architecture « dent creuse »).

Donc élaborer les coutures en respectant les mouvements de terrain, la moindre trace, parole, se mouler dans l’espace fut

ma priorité. Vastes emmarchements en sifflets, dalles monochromes, ombrages.

Deux objectifs majeurs dans la création de cette place à Marseille : discrétion et hommage au sculpteur Pierre Puget.

 

-Il est méconnu que fût retrouvé sur ce site lors de fouilles un tesson de céramique représentant une panthère mouchetée;

ce tesson a permis entre d’autres éléments, de dater la fondation de Marseille: 600 ans avant JC.

Dans un premier temps, j’ai souhaité  garder une mémoire de ce fragment de poterie à travers une copie sous une dalle de

verre. Intention qui me fût refusée par la mairie, tout comme la mise en service d’un mur d’eau entierement exécuté …

(Conflit habituel entre le pouvoir politique et l’artiste). Alors j’ai réalisé la copie de la silhouette de la fameuse

 panthère en acier inoxydable, que j’ai soudé sous la main courante du garde corps à l’Ouest de la place.

Soustraire au regard encore, mais là contre mon gré.

 

-Le deuxième objectif était d’orienter l’axe de la place vers le sculpteur baroque que je préfère et qui fût honni

par sa ville natale:  Pierre Puget

J’ai donc tracé une ligne virtuelle oblique, sur la place, en direction du centre de la coupole de la chapelle de la vieille charité;

centre qui n’existe pas car il s’agit d’une des rares coupoles construites avec un double foyer (oeuvre de Pierre Puget ).

Cette ligne virtuelle est scandée par une plantation de six magnolias.

 

 

 

PLACE DE LA COMÉDIE – MONTPELLIER (AMENAGEMENT URBAIN )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître d’ouvrage : Ville de Montpellier.

Lauréat avec les paysagistes Gilles Vexlard, Alain Marguerit, et mon associé J. M. Bourry.

La Place de la Comédie de Montpellier.

La Place ainsi crée est un tapis de 220 m x 50 m, soit près de 1,5 ha, qui entretient un dialogue avec l’enveloppe

architecturale du XIXème siècle.

Il s’agissait de travailler plusieurs plans qui se trouvaient à l’articulation de trois foyers

(centre historique ancien, esplanade jardin et quartier commercial réalisé par Ricardo Bofill) .

Il fallait trouver l’axe de la nouvelle perspective à donner ; ouvrir un dialogue entre les façades du centre historique

(dont le tracé général du projet reprend la direction) ; poursuivre ce dialogue avec la mise en scène de

l’Opéra, de l’Œuf (avec sa fontaine des trois Grâces) et du dénivelé de la place basse.

 

 

Dans l’axe de la place, qu’il nous a fallu « inventer », nous avons réalisé un plan parfaitement horizontal : une pente

à moins de 2%, un vrai plat à l’air libre sur 2 hectares.

Lorsque je marche sur un plan réellement horizontal un vrai plat à l’air libre, je saisi mieux là où

je me situe, ou se situe mon corps dans l’espace. L’horizontalité permet de se sentir debout, réellement.

Je travaille encore aujourd’hui à cette quête du plan.

( Un projet sur ce sujet, arrimé sur le mont du Grand Météore, dans l’Océan l’Atlantique, un carré de mer

calme dans la tempête.)

Le carré de base qui trame la place est constitué d’un cadre clair, enserrant un remplissage plus sombre.

Le cadre est un marbre blanc de Carrare, il est dessiné par des petits pavés sertis par deux bandes.

Le remplissage est en pierres marbrières grises de grande dimension (100 x 50 cm) à bords chassés

et montés à joints apparents. Cette disposition particulière est soulignée par des listels de marbre blanc,

dont l’intersection dégage un cabochon de granit bleu poli qui matérialise le centre de chaque carré.

45 carrés dessinent le tapis, posé au centre de la place.

La couture avec les bâtiments périphériques est également réalisée en pierre marbrière grise,

de dimension plus réduite et à bord scié.

Le contact direct avec les bâtiments est assuré par une ligne de grandes dalles, qui suit le dénivellement,

la découpe de la place.

La délimitation des voies est visualisée par des sphères de marbre noir qui jalonnent le parcours.

Des mâts de lumière rythment l’ordonnancement de la place en son centre.

 

Nous avons choisi de travailler avec un mur d’eau en cascade de 5 mètres de haut pour relier la place haute

à la place basse.Un mur réalisé en béton brut côté place et en pierre bleu Macaobas, trés précieux, côté ville.

Le mur d’eau est une fontaine monumentale :

-buffet d’eau à portée de main (hauteur 0,7 m) – de l’eau qui ruisselle, que l’on peut toucher.

-un plan d’eau recevant des statues d’hommes en bronze (4 tonnes, hauteur 4 m) devient le

pendant de la fontaine des trois Grâces.

-un mur d’eau fait de pierres bleues de Macaobas, sciées en sifflet, rattrape les niveaux place basse /

place haute.

 

CENTRE RÉGIONAL DE LA MÉDITERRANÉE – LA VILLA – (ARCHITECTURE ) 

collaboration Stefano Boeri, Ivan Dipol, Philipe Coeur, Jean-Pierre Manfredi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Objet du concours (texte de 2006) :

« Construire un bâtiment pour la diffusion de la culture méditerranéenne en région PACA » .

L’objectif donné était de questionner l’identité Méditerranée ;

De manière extrêmement simple, le point central est la mer elle même : les échanges qu’elle permet.

L’élément unificateur du bâtiment est la mer : voyages, migrations, commerce.

La mer entre dans le projet.

La forme du bâtiment – entre Terre et Mer, construit sur une emprise portuaire – est la plus simple

possible, la plus emblématique : un plan pénétrant un bâtiment créant par là même en sa partie

supérieure un porte-à-faux.

 

La Méditerranée :

La Méditerranée demeurera ce qu’elle a toujours été : insaisissable.

Pourtant, tandis que l’Algérie s’autodétruit, qu’Israël et Palestine se déchirent, que les Balkans

soignent leur plaies, aimer la Méditerranée, c’est croire encore dans la possibilité d’un monde commun.

Défendre les identités méditerranéennes aujourd’hui, c’est, plus que jamais, résister

à l’uniformisation du monde.

« Ce n’est pas par-dessus cette mer que les échanges se sont faits, c’est à l’aide de cette mer.

Mettez à la place un continent, et rien de la Grèce ne serait passé en Arabie (…) rien de l’Orient

ne serait passé en Provence »

Jean Giono 

 

Le Projet :

On pourrait dire en résumé que notre réflexion sur la notion de « Méditerranée » a tenté d’éviter

les écueils qui auraient pu donner une coloration folklorique ou anecdotique aux relations qu’entretient

la Région Provence Alpes Côte d’Azur avec l’ensemble du monde méditerranéen.

Il nous a semblé que le concept de base du projet devait échapper à toutes les notions qui auraient

un peu trop tendance à idéaliser le monde méditerranéen.

Quitte à adopter une démarche qui peut paraître tautologique, notre projet se déploie

à partir du seul élément qui nous paraît totalement « objectif » : la Méditerranée,

qui est le point le plus évident entrent tous les pays qui la bordent.

Cette idée, et l’implantation du projet sur d’anciennes emprises portuaires,

à proximité d’une darse (prochainement construite) nous a conduit à concevoir notre

projet non plus comme posé en bord de mer, mais comme associant celle-ci de

façon totale ; tant sur le plan symbolique que fonctionnel.

Cette option détermine le principe fondateur : imaginer le dessin de la Villa

et la mer voisine comme indissociable.

 

 

Fonctions du bâtiment :

Le CRM, la Villa Méditerannée, est un lieu à vocation international. Il vise :

-A penser la Méditerranée

-A potentialiser sa richesse et sa diversité culturelle

-A en faire un espace de liberté, de convivialité et de prospérité.

Il s’agit d’un outil de participation pour tous ceux qui sont concernés par un projet méditerranéen.

La Villa encourage les activités de recherche, de débat et de diffusion autour des principaux thèmes

de l’actualité et de l’histoire méditerranéennes. Plate-forme d’initiatives au service au service

de la coopération entre les pays de l’ensemble du bassin méditerranéen ;

un centre culturel qui favorise la connaissance mutuelle et le dialogue

au travers de l’Art, les Sciences et la Culture

 

Axes de réflexion :

-participer à l’analyse de la réalité du territoire méditerranéen

-intervenir dans la réflexion sur la mondialisation des cultures et des valeurs.

 

La scénographie urbaine : c’est l’implantation du bâtiment au regard des différents

espaces et autres bâtiments qui le jouxtent ; l’aménagement intérieur du bâtiment,

du design à la forme elle-même de certains sous espaces

(amphithéâtres, café, restaurant..) qui l’interpénètre.

 

Intégration du « grand public » dans le projet :

Trois réponses à ce sujet.

La première est purement urbanistique : est ce que la villa permettra aux marseillais de « se retourner »,

d’aller au-delà du goulot d’étranglement du Fort Saint jean ?

Si la rue de la République, les équipements qui vont s’installer sur le J4 (Mucem, Terrasses du port..)

sont attractifs, ils permettront de retourner les habitudes des marseillais. Les marseillais sont tournés

vers les quartiers sud et vers a corniche. Le pari est de « basculer », d’inverser la grande fracture

de la Canebière : quartiers nord versus quartiers sud.

 

La seconde est programmatique : il faut que ce qui sera donné à voir à l’intérieur du bâtiment

attirent le grand public et que celui-ci s’y sente bien, chez lui ; qu’il ne se sente pas exclu soit par le luxe

soit par la connaissance. Que cela soit à la fois didactique et usuel.

 

La dernière : une promenade sera créée en libre accès sur tout le pourtour du porte-à-faux du bâtiment.

Chacun pourra librement accéder au porte-à-faux, et de là aura un point de vue sur la ville et la mer qui

donnera l’impression d’être suspendu entre ciel et mer.

Aujourd’hui…..il reste une enveloppe vide à un beau projet porté ailleurs

 

 

 

PLACE DE LA JOLIETTE – MARSEILLE – EUROMÉDITERRANÉE – (AMENAGEMENT URBAIN ) (non réalisé)

collaboration Jean-Pierre Manfredi,architecte.

Le concours portait sur un aménagement provisoire de la place de la Joliette( le provisoire au niveau urbanistique

durant toujours au moins 10 ans… ) notre réponse à cette demande qui était

la première opération d’ Euroméditerranée avant même la fin de la réhabilitation des docks,

a été de concevoir cette place comme un vaste plateau technique, capable de recevoir

tant des manifestations culturelles et commerciales qu’un marché hebdomadaire .

Que ce lieu soit le premier équipement structurant d’ Euroméditerranée

qui croise la population  populaire du quartier et celle des bureaux high tech d’Euromed.

Une fois encore, alors que le terrain naturel avait un dénivelé de 1m50 sur la longueur de la place,

il s’agissait de poser un plan horizontal sur ce site .

Poser ce plan nous amenait donc à un niveau zéro sur la jonction à la rue de la République ;

et à un niveau 1m50 côté boulevard des docks. D’où l’idée de créer un plateau technique

accessible par-dessous pour les différentes activités proposées sur cette place.

Ce plateau technique était conçu en bois, comme un véritable deck d’avant port de la gare

de croisière qui la jouxte. Au niveau scénographique, ce plateau était planté d’un champ d’oliviers

à travers lequel le promeneur se trouvait au niveau zéro au pied des arbres ,

et au niveau + 1m50 dans les ramures du port des arbres.